29,7 millions de tonnes : ce pays connaît une chute historique de sa production de blé

Empreinte News

La production de blé tendre dégringole en France en 2024, estimée à 29,7 millions de tonnes après une campagne particulièrement pluvieuse, en recul de 15% par rapport à l’année dernière, selon les prévisions publiées ce mardi 9 juillet 2024, par le service statistique du ministère de l’Agriculture.

« En vingt ans, seules deux autres récoltes n’ont pas franchi les 30 millions de tonnes », en 2016 et 2020, souligne le service Agreste.

La baisse de production de l’ensemble des céréales à paille (blé tendre, blé dur, orge, triticale, seigle et avoine) est évaluée à 13% en France, premier producteur et exportateur européen de céréales.

La campagne a été difficile pour les céréales : trop d’eau, pas assez d’ensoleillement, ce qui a entraîné des retards de semis, une prolifération des mauvaises herbes et un regain de maladies.

Les conditions de culture adverses ont parfois conduit les agriculteurs à renoncer à semer des blés et orges d’hiver au profit de cultures de printemps : céréales et surtout maïs ou tournesol.

Pour cette première estimation des récoltes de la saison, les surfaces dédiées à la céréale du pain ont été révisées à la baisse, à 4,2 millions d’hectares, chutant de près de 11% par rapport à 2023.

La prévision du rendement très variable selon les parcelles est de 69,9 quintaux par hectare, en baisse de 5,3%, estime Agreste, plus optimiste sur ce point que les céréaliers, qui tablaient début juillet sur un rendement de 64 quintaux à l’hectare.

Le rendement du blé tendre diminuerait davantage en Pays de la Loire (-22,7%) et en Nouvelle-Aquitaine (-10,9%) que dans les Hauts-de-France (-6%), la Normandie (-7,5%) et le Centre-Val de Loire (-5,6%), les régions les plus touchées par les inondations ou des pluies continues. Il serait stable en Bretagne et en légère hausse en Grand Est (+1,2%) et Bourgogne-Franche-Comté (+2,3%).

La production de blé dur, estimée à 1,3 million de tonnes, « serait stable par rapport à 2023 (+0,3%) où elle avait diminué sous l’effet d’une nette baisse des surfaces ».

La récolte d’orge « serait de 11,3 millions de tonnes, en baisse de 8% par rapport à 2023 ». L’orge d’hiver, pénalisé par une baisse des surfaces, voit sa production chuter de 17%, avec un mauvais rendement (-9,3%).

Avec AFP

source

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *