Shein lance une plateforme de revente de vêtements en France

Empreinte News

Le géant chinois des achats en ligne et de la « fast fashion » Shein va lancer une plateforme de revente de vêtements d’occasion en France.

Il s’agit du « premier pays d’Europe » à proposer ce service, a indiqué aux Echos le président exécutif du groupe, Donald Tang, dans une interview publiée dimanche.

Cette plateforme nommée « Shein Exchange » permettra de revendre uniquement des vêtements achetés sur Shein, contrairement à des alternatives de revente d’occasion, comme Vinted ou Leboncoin.

« La transaction est très simple, car votre historique d’achat étant enregistré, il suffit d’un clic pour revendre un produit », explique aux Echos Donald Tang, estimant que cela « favorise une économie circulaire ».

Une telle plateforme existe déjà aux Etats-Unis, où elle compte plus de 4 millions d’utilisateurs, selon le quotidien économique.

Fondé en 2012 en Chine et désormais basé à Singapour, Shein a rapidement conquis le marché mondial de la « fast fashion », basée sur le renouvellement rapide des collections à très petits prix, et ne vend qu’en ligne, ciblant une jeune clientèle s’abreuvant aux réseaux sociaux.

En France, l’Assemblée nationale a adopté en mars une proposition de loi pour rendre ces produits moins attractifs et ainsi limiter l’impact sur l’environnement d’une production qu’elle juge excessive et qui ferait en partie appel à des produits chimiques toxiques. Le Sénat doit encore se prononcer sur ce texte.

Aussi souvent attaquée sur son impact environnemental, notamment sur son bilan carbone avec ses articles produits en Chine puis acheminés en Europe, Shein veut que sa production soit « de plus en plus » locale, a aussi indiqué M. Donald.

« Nous faisons déjà appel à des fabricants en Turquie et nous allons augmenter la part de cette production pour servir le marché européen et réduire l’usage du fret aérien », a affirmé le président exécutif du groupe.

Interrogé sur une future introduction en Bourse évoquée à de multiples reprises, le dirigeant a confirmé l’envisager, mais a précisé que le choix n’était « pas encore arrêté » entre la place boursière de Londres et celle de New York.

Le Wall Street Journal affirmait en novembre que Shein avait déposé confidentiellement une demande d’introduction en Bourse aux Etats-Unis.

Avec AFP

Retrouvez l’essentiel de l’actualité sur notre compte Tiktok.

source

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *