Retrait des troupes américaines du Niger : plus de 269 soldats déjà partis

Empreinte News

Plus de 269 soldats américains sur 946 ont déjà quitté le Niger, à la suite d’un accord signé en mai entre Washington et le régime militaire de Niamey qui a voulu ce départ, ont annoncé ce vendredi 7 juin 2024, les deux parties dans un communiqué conjoint publié à Niamey.

« Depuis la signature de l’accord sur le retrait des troupes américaines le 19 mai 2024, plus de 269 éléments sur 946 et plusieurs tonnes de matériels ont déjà quitté le Niger », indique le communiqué signé par le chef d’état-major de l’armée de terre du Niger, le colonel Mamane Sani Kiaou, et le général de division Kenneth Ekman, du ministère américain de la Défense.

Il a été publié à l’occasion d’une cérémonie à la base militaire 101 à Niamey organisée pour le départ d’autres soldats américains dont le nombre n’a pas été précisé et qui, précise le texte, marque « le début officiel du retrait du personnel et des équipements militaires américains ».

Ce nouveau départ à bord d’un C130, « marque le début d’une série de plusieurs rotations de gros porteurs pour le rapatriement du personnel et du matériel conformément à l’accord du 19 mai ».

Cet « accord de désengagement » des troupes américaines précisait que des forces avaient déjà quitté le Niger et que le dernier soldat américain devra être parti « au plus tard le 15 septembre 2024 ».

Il avait été conclu deux mois après la dénonciation de l’accord de coopération militaire avec les Etats-Unis par le régime de Niamey, arrivé au pouvoir par un coup d’Etat, en juillet 2023.

« Afin de permettre un retrait en bon ordre et en toute sécurité, une commission mixte de désengagement à été mise en place pour faciliter la coordination », précise le communiqué de vendredi.

Il ajoute que « les deux parties se sont engagées à ne ménager aucun effort pour la réussite de ce retrait », notamment pour « la protection et la sécurité des forces américaines ».

Elles s’engagent en outre « à poursuivre la coopération dans des domaines d’intérêt commun » et « rappellent que ce retrait des forces américaines n’aura aucune incidence sur les relations actuelles » entre Washington et Niamey.

Après le coup d’Etat qui avait renversé le président élu Mohamed Bazoum, le régime militaire avait exigé le départ des soldats de l’ancienne puissance coloniale française qui participaient à lutte contre les groupes jihadistes qui frappent le Niger. Le dernier soldat français était parti le 22 décembre.

Niamey a ensuite obtenu le retrait des Américains qui disposaient notamment d’une base de drones à Agadez (nord) utilisée dans la lutte anti-jihadiste.

Dans le même temps, Niamey s’est rapproché de la Russie qui a acheminé des instructeurs et du matériel militaire, en avril et en mai.

Avec AFP

Retrouvez l’essentiel de l’actualité sur notre compte Tiktok.

source

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *