Cette monnaie africaine a perdu 99,96% de sa valeur en seulement…

Empreinte News

En seulement 51 ans, cette monnaie africaine, le naira, a perdu 99,96 de sa valeur sur le marché financier.

L’effondrement sans fin de cette monnaie inquiète de nombreux économistes ainsi que les autorités Nigérianes.

Elle ne fait que refléter les graves difficultés économiques du pays, qui souffre depuis de très nombreuses années d’une mauvaise gouvernance, d’un niveau élevé de corruption et de détournements de fonds, et d’un manque de diversification.

Malgré le fait que le Nigeria soit le premier producteur africain de pétrole depuis plusieurs décennies, le pays n’est toujours pas parvenu à diversifier son économie, dont les exportations reposent encore à plus de 90% sur les hydrocarbures.

Faute d’avoir développé d’autres sources significatives de revenus, et d’avoir mis en place un environnement favorable à l’investissement et aux affaires, le pays demeure donc très dépendant de l’évolution du cours des hydrocarbures, ainsi que de sa production en la matière (qui est justement en baisse continue).

Créé le 1er janvier 1973, le Naira a récemment fêté son 51e anniversaire.

 Mais alors qu’il valait 1,52 dollar à ses débuts (un dollar s’échangeant donc contre 0,66 naira, ou plus exactement 0,657895), et que sa valeur se renforça même au cours de ses premières années, jusqu’à atteindre près de 1,85 dollar en janvier 1980, le naira connut ensuite une succession ininterrompue de dépréciations et de dévaluations, à tel point que la valeur du dollar américain a atteint le niveau de 1 493,73 nairas le vendredi 16 février.

 Ainsi, la monnaie nigériane a perdu 99,96% de sa valeur en seulement 51 ans, ce qui signifie, en d’autres termes, que celle-ci a été divisée par 2 270.

Alors que la barre des 1 000 avait été franchie le 19 juin dernier, les graves difficultés économiques du pays et ses faibles réserves de change ont donc une nouvelle fois fait chuter lourdement la valeur de la monnaie nationale, qui a perdu 40% de sa valeur entre le 29 janvier et le 16 février, après avoir déjà perdu 39% dans les deux semaines ayant suivi la précédente dévaluation, mi-juin 2023, et 15% supplémentaires entre ces deux périodes.

Pour ne rien rater de l’actualité dans le monde, veuillez rejoindre notre canal Telegram en cliquant ici.

source

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *