Afrique du Sud : l’Assemblée nationale élit le prochain président vendredi

Empreinte News

Les 400 députés élus aux législatives en Afrique du Sud le 29 mai se réunissent vendredi au Cap lors d’une première session à l’Assemblée nationale pour élire le prochain président du pays.

« Le président de la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud déclare, en vertu de l’article 51 de la Constitution, que la première séance de l’Assemblée nationale se tiendra vendredi 14 juin 2024 à 10H00 » (08H00 GMT), a annoncé lundi le ministère de la Justice dans un communiqué.

L’Afrique du Sud a tenu fin mai le scrutin le plus disputé depuis l’avènement de la démocratie dans le pays. Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir depuis la fin de l’apartheid a obtenu seulement 40% des voix, passant pour la première fois sous la barre des 50% lors d’élections nationales.

Sans majorité absolue pour son parti, le président Cyril Ramaphosa, 71 ans, a appelé à former un gouvernement d’union nationale associant l’ANC à une large partie de l’opposition allant de l’extrême droite à l’extrême gauche.

L’ANC ne dispose désormais que de 159 sièges de députés contre 230 dans le Parlement sortant.

Le premier parti d’opposition (Alliance démocratique, DA) a obtenu 87 sièges sur la base d’un programme libéral tandis que les radicaux de gauche des Combattants pour la liberté économique (EFF) ont décroché 39 sièges en soutenant des réformes radicales comme la redistribution des terres aux noirs et la nationalisation de secteurs économiques clés.

Le parti de l’ex-président Jacob Zuma, uMkhonto weSizwe (MK), est devenu la troisième force du pays avec 58 sièges. L’organisation a annoncé son intention de déposer un recours en justice pour empêcher la première session parlementaire, dénonçant des irrégularités lors du scrutin.

Depuis l’annonce des résultats définitifs le 2 juin, d’intenses tractations ont été menées entre partis sur la formation du prochain gouvernement.

La proposition de M. Ramaphose d’un gouvernement d’union nationale a été accueillie froidement par plusieurs partis. L’EFF a notamment rejeté l’idée de s’associer à des rivaux tels que la DA, invoquant des opinions politiques radicalement opposées.

Des discussions internes se sont poursuivies au cours du weekend notamment au sein de la plus grande formation d’opposition.

Avec l’AFP 

Retrouvez l’actualité sur notre compte TikTok

source

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *